མགུར་འབུམ། Gourboum Milarepa’s Songs

Jetsün Milarepa

མགུར་འབུམ། Les Cent Mille Chants de Milarepa

Considéré comme une figure emblématique du Tibet, Jetsün Milarepa (tib. རྗེ་བཙུན་མི་ལ་རས་པ ), né Mila Thöpaga (1052 – 1135) est un magicien, yogi et poète, devenu un maître de renom du bouddhisme tibétain. Il est, avec Padmasambhva (Guru Rinpoche), un des deux grands saints typiques du Tibet. Le Namthar (la Vie de Milarépa) et le Gourboum (les Cent mille chants), ouvrages hagiographiques aux allures de légendes, content sa vie et son Enseignement. Leur importance au sein du bouddhisme tibétain les a fait comparer aux Évangiles (1).

Milarepa incarne à lui seul le poète, l’ascète, le maître spirituel. Si Marpa le Traducteur, son Guru, était un savant érudit et mondain, Milarepa abandonne tout pour vivre nu, en parfait anachorète, dans les grottes de l’Himalaya, s’adonnant sans relâche à la pratique de la méditation. Grâce aux pouvoirs acquis par ses réalisations, il commence à enseigner, avant de devenir populaire grâce à ses Chants. Le Gourboum, recueil de poèmes à refrain au rythme vivant et envoutant – dont la plupart sont de véritables Introductions à la Nature de l’Esprit, la base de la Voie Tantrique vers l’Éveil – se divise en trois parties : la soumission des démons non-humains, l’introduction des disciples dans la Voie de la Libération et l’Enseignement du Dharma aux auditeurs et disciples en différents lieux et moments (2). 

« La voie empruntée par Milarepa est une voie fulgurante, la voie tantrique. Elle lui permettra d’atteindre l’Eveil « en un seul corps et en une seule vie ». Le rôle du maître spirituel est en cela primordial. La voie adamantine est si dangereuse qu’elle exige un maître capable de voir et de guider en toute lucidité, sachant dispenser à chacun de ses disciples des instructions orales personnalisées. La pratique tantrique ne s’apprend pas dans les textes, elle repose sur la grâce accordée ou reçue et sur le lien sacré qui unit maître et disciple, un lien d’exigence mutuelle et de risques pris en commun. 

Pour le disciple, le Lama doit être vu à l’égal du Bouddha, comme un être pleinement réalisé, porteur de toutes les qualités que le disciple possède en lui-même, mais qu’il n’a pas encore révélées. Le Lama, est-il écrit, doit posséder la maîtrise des textes – sutras et tantras – , avoir une profonde expérience de la méditation, être doué d’une grande faculté pour comprendre la singularité de ses différents élèves, être sage et miséricordieux, posséder une foi parfaite. Mais l’Enseignement du maître spirituel n’est pas une fin en soi, il ne pallie pas la passivité d’un disciple ».

Essence des Enseignements de Milarepa, le Gourboum est un des textes fondateurs de la tradition Kagyu, dite « lignée de transmission orale » ou « lignée de pratique ». Marie-José Lamothe en fait en 2006 une traduction française complète depuis le tibétain.

L’ermitage de Khenpo K. Tashi au Mustang (Népal) ©️ Bertrand Vacarisas

.

(1) Wikipedia.

(2) Marie-José Lamothe propose les titres suivants : Livre premier : « Où les esprits mystificateurs seront subjugués ». Livre deuxième : « Où les fils spirituels seront reconnus ». Livre troisième : « Un florilège pour susciter l’ardeur des disciples ». Milarépa (trad. Marie-José Lamothe), Œuvres complètes : Les cent mille Chants)

(2) Tsang Nyön Heruka, « Milarepa, la Vie »