L’héritage du Bouddha dans le monde

Le bouddhisme est, selon les points de vue en Occident, une religion (notamment une religion d’État) ou une philosophie, voire les deux, dont les origines remontent en Inde au ve siècle av. J.-C. à la suite de l’éveil de Siddhartha Gautama et de son enseignement.

Le bouddhisme comptait en 2005 entre 230 millions et 500 millions d’adeptes1, ce qui en fait la quatrième religion mondiale, derrière (dans l’ordre décroissant) le christianisme, l’islam, et l’hindouisme. Le bouddhisme présente un ensemble ramifié de pratiques méditatives, de rituels religieux (prières, offrandes), de pratiques éthiques, de théories psychologiques, philosophiques, cosmogoniques et cosmologiques, abordées dans la perspective de la bodhi, « l’éveil ». À l’instar du jaïnisme, le bouddhisme est à l’origine une tradition shramana, et non brahmanique comme l’est l’hindouisme.

Les notions de dieu et de divinité dans le bouddhisme sont particulières : bien que le bouddhisme soit souvent perçu comme une religion sans dieu créateurn 1, la notion étant absente de la plupart des formes du bouddhismen 2, la vénération et le culte du Bouddha historique Siddhartha Gautama en tant que bhagavat joue un rôle important dans le Theravāda et également dans le Mahāyāna, dans lesquels il est un être éveillé ayant trois aspects ou manifestations (trikāya).