Enseignements les chants de Milarepa – 7 et 8 octobre 2017 – Paris

Le week-end initialement prévu le samedi 30 septembre et dimanche 1er octobre 2017 est reporté au samedi 7 et dimanche 8 octobre : Enseignements les chants de Milarepa (transmission Mahamudra)

Matin 10h30-12h30 Après-midi 14h30-17h00

130 rue du faubourg Poissonnière 75010 Paris

 

Extraits de « Milarepa, la Vie » composé par Tsang Nyön Heruka

Considéré comme une figure emblématique du Tibet, Milarepa (1040 – 1123) incarne à lui seul le poète, l’ascète, le maître spirituel.

« La voie empruntée par Milarepa est une voie fulgurante, la voie tantrique. Elle lui permettra d’atteindre l’Eveil « en un seul corps et en une seule vie ». Le rôle du maître spirituel est en cela primordial. La voie adamantine est si dangereuse qu’elle exige un maître capable de voir et de guider en toute lucidité, sachant dispenser à chacun de ses disciples des instructions orales personnalisées. La pratique tantrique ne s’apprend pas dans les textes, elle repose sur la grâce accordée ou reçue et sur le lien sacré qui unit maître et disciple, un lien d’exigence mutuelle et de risques pris en commun.

Pour le disciple, le Lama doit être vu à l’égal du Bouddha, comme un être pleinement réalisé, porteur de toutes les qualités que le disciple possède en lui-même, mais qu’il n’a pas encore révélées. Le Lama, est-il écrit, doit posséder la maîtrise des textes – sutras et tantras -, avoir une profonde expérience de la méditation, être doué d’une grande faculté pour comprendre la singularité de ses différents élèves, être sage et miséricordieux, posséder une foi parfaite. Mais l’enseignement du maître spirituel n’est pas une fin en soi, il ne pallie pas la passivité d’un disciple ».

Tarifs

Tarif membre : 40€ le week-end – Devenir membre de l’association
Tarif non-membre : 50€ le week-end

Nous sommes toujours soucieux d’agir en sorte que le Dharma soit accessible à tous sans exception et que l’aspect financier ne soit en aucun cas un obstacle à l’écoute des enseignements; Rinpoche insiste particulièrement sur ce point. Si vous avez des difficultés particulières, n’hésitez pas à nous en faire part.
Traditionnellement, en Orient, les enseignements sont offerts sur donation, sur la base d’un échange financier librement choisi. Cette manière de faire permet à chacun de pouvoir recevoir les enseignements et approfondir son chemin intérieur, quelles que soient ses possibilités financières. En Occident, nous suggérons une participation afin de couvrir les frais de fonctionnement du centre ainsi que ceux de Rinpoche lors de son séjour en France.

« Si une personne ou cent personnes créent des racines de vertu, elles seront universellement appréciées par tous les êtres. Ainsi, les donateurs vont également acquérir des racines de vertu… Si vous pouvez aider ce centre, grâce à votre aide, le centre deviendra stable. Les administrateurs ne gaspilleront pas l’assistance matérielle fournie au centre. C’est leur responsabilité.
Il existe deux façons de donner de l’aide. Si ceux qui ont de la richesse matérielle font l’offrande des ressources qu’ils ont, ils pratiquent l’accumulation du mérite… car la générosité perpétue une richesse et une prospérité abondantes pour de nombreuses vies futures. Ensuite, nous devrions également réfléchir à ceux qui n’ont pas de richesse matérielle. Ces personnes devraient sincèrement faire l’offre de pratique. Si l’on n’a pas d’autre pouvoir, tant que l’on maintient une attitude utile, ce sera suffisant. Il faut avoir l’envie d’être bénéfique aux êtres. Que l’on ait une richesse matérielle extérieure ou non, si l’on a l’intérieur de la pensée, « je veux être utile à de ce monde », à l’avenir, on pourra vraiment le faire ».
Drikung Kyabje Garchen Triptrül Rinpoche (Arizona 2006)